Le Mois de la sensibilisation à la sclérose en plaques

Discours

Le mercredi 9 mai 2012

L'honorable Jane Cordy : Honorables sénateurs, le mois de mai est le Mois de la sensibilisation à la sclérose en plaques. Comme vous le savez, la sclérose en plaques est la maladie neurologique la plus répandue chez les jeunes adultes au Canada. La plupart des gens qui en sont atteints reçoivent le diagnostic entre 15 et 40 ans et doivent vivre avec les effets imprévisibles de la maladie jusqu'à la fin de leurs jours. Des recherches de pointe sur l'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique, ou IVCC, chez les personnes atteintes de sclérose en plaques sont menées dans plus de 50 pays. L'angioplastie veineuse est aussi pratiquée dans plus de 50 pays. Malheureusement, le Canada n'est pas du nombre. Ces études montrent que l'amélioration de la circulation sanguine cérébrale qui en résulte atténue, de façon mesurable, les symptômes de la sclérose en plaques. Il y a tellement de données en ce sens que nous devons étudier ce traitement de plus près pour départager le vrai et le faux dans ce que nous savons de l'IVCC et de la SP. Le Canada a le devoir, envers les milliers de Canadiens atteints de cette maladie et leur famille, de procéder à une telle étude. Il devrait contribuer à ces recherches en procédant à ses propres essais cliniques de phase II. Honorables sénateurs, nous avons besoin de données scientifiques. Nous avons besoin d'une preuve établie au Canada. Cela fait près d'un an que le gouvernement fédéral a annoncé qu'il entamerait le long processus pour permettre des essais cliniques ici, au Canada, mais il est loin d'avoir fait le nécessaire et la situation stagne. Bien que la création du registre de la sclérose en plaques ait été annoncée en mars 2011 par la ministre de la Santé, Mme Aglukkaq, les données ne seront pas recueillies avant septembre 2012. Nous aurons alors perdu 18 mois de données. Tout comme la députée Kirsty Duncan le fait à la Chambre des communes, je m'efforce de mieux faire connaître la sclérose en plaques au Sénat : il suffit de songer à mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi S-204, qui vise à établir une stratégie nationale concernant l'insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique, l'IVCC, ainsi qu'à mon interpellation sur la sclérose en plaques et l'IVCC. En ce Mois de la sensibilisation à la sclérose en plaques, j'exhorte les sénateurs à se pencher de près sur cette maladie et l'IVCC afin qu'un jour, dans un avenir rapproché, les Canadiens atteints de sclérose en plaques puissent profiter de la recherche et des traitements « faits au Canada ». Je vous invite, honorables sénateurs, à prendre le temps de parler aux personnes qui en sont atteintes et d'écouter leurs préoccupations. Elles vous diront que les patients canadiens ne devraient pas avoir à se rendre aux États- Unis, en Europe, au Mexique ou en Pologne pour recevoir des soins et des traitements. Les Canadiens s'attendent — et à juste titre — à être traités et soignés au Canada, par des médecins canadiens. Le gouvernement ne devrait pas encourager le tourisme médical.